ELWATAN-ALHABIB
lundi 14 juillet 2014
 
Quand seul le doute s'exprime
 
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
La porte-parole du Haut commissariat aux droits de l'homme des Nations unies, Ravina Shamdasani, a déclaré que cet organisme a reçu des rapports sur la situation à Ghaza qui « appellent à des doutes sur le fait que les frappes israéliennes sont conformes aux lois humanitaires internationales sur les droits humains ».

Faut-il seulement en douter quand les raids aériens pilonnent systématiquement tout ce qui est debout ou bouge dans la bande de Ghaza ? Contrairement à ce que prétendent les autorités civiles et militaires de l'Etat sioniste, les bombardements ne ciblent pas uniquement des objectifs abritant des hommes ou des moyens présentant une menace militaire. Pour preuve, ces dizaines et maintenant centaines d'habitations et autres infrastructures détruites et avec leurs lots de victimes n'étant que des civils froidement massacrés. Non le doute n'est plus concevable. Il y a certitude qu'Israël viole bel et bien les lois invoquées par les rapports transmis au haut commissariat onusien. Les frappes israéliennes ne sont pas sélectives et ce sont les civils qui en subissent le choc effroyable.

Israël a démontré en chacune de ses agressions contre les Palestiniens qu'il ne recule pas devant le crime de la violation des lois internationales humanitaires. Cette fois encore moins que précédemment car animé par la volonté d'infliger une punition collective à la population ghazaouie. Combien faut-il donc de morts civils à Ghaza pour que les observateurs onusiens acquièrent la certitude que l'Etat sioniste viole les lois de la guerre ? Certainement pas avant que Ghaza soit devenue un cimetière. Il est encore une fois démontré que lorsqu'il s'agit d'Israël, l'on n'ose pas qualifier par leur nom les exactions qu'il commet contre les Palestiniens. Pourtant elles s'accompagnent à chaque fois de crime de guerre et contre l'humanité dont la réalité est aveuglante.

Pour que les autorités sionistes s'inquiètent des mises en garde adressées par la porte-parole du Haut commissariat aux droits de l'homme, il aurait fallu que la communauté internationale sanctionne les crimes précédents de même nature prouvés par les organisations humanitaires et de défense des droits de l'homme et reconnus comme tels par ce haut commissariat onusien. En n'exprimant que du doute sur la conformité des frappes israéliennes qui labourent systématiquement la bande de Ghaza, l'institution onusienne fait preuve d'une « retenue » qui ne l'honore pas. Elle démontre ainsi qu'elle s'inscrit dans cette convergence qui s'est opérée au plan international pour ne rien faire ou dire qui contraindrait l'Etat sioniste à cesser son abjecte opération de punition collective et à renoncer à son objectif qui est non seulement de détruire la résistance armée palestinienne mais aussi de terroriser la population au point qu'elle abandonne l'idée de revendiquer son droit à la création d'un Etat national.

Si le Haut commissariat aux droits de l'homme a tout de même exprimé du doute sur la conformité aux lois internationales, le Tribunal pénal international (TPI) ne semble même pas savoir que celles-ci ont lieu et qu'il ne faut par conséquent nullement s'attendre à ce qu'il s'en saisisse pour entreprendre une quelconque procédure pour établir éventuellement la matérialité des violations qu'elles occasionnent et encore moins à établir la responsabilité de ceux qui les ont ordonnées ou planifiées. Par contre, ceux qui ont ordonné les tirs de « pétards » contre Israël feront certainement l'objet de l'attention « impartiale » de ce tribunal. Ainsi vont l'ordre et la justice internationale.


 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]