ELWATAN-ALHABIB
dimanche 6 juillet 2014
 

05 juillet 62 : les Algériens n'appellent plus leurs filles Houria 
 
 
 
 
 
par Kamel Daoud
Quand on parle de 62, on parle d'hier, d'aujourd'hui et de demain. Toujours. La date ne passe pas. Il faut un jour écrire le dictionnaire des mythologies algériennes. Avec une cosmogonie au début, une fin du monde à la fin et des haussements d'épaules entre les deux. Le moment zéro algérien est inaugural. On y ramène tout : la crise politique, le concept avorté de l'Etat, les maux de la nation et la laideur d'un guichetier d'administration qui vous reçoit mal. Tous nés en 62. Et en même temps et pour toujours. Dans l'immense bousculade d'un jugement premier, nus, sans lien, apeurés, joyeux, comptables des actes à suivre, attendant leur tour pour la pesée des actes et l'épreuve de la bonne foi. On peut dessiner ce moment comme le moment de la fin du monde, mais avec l'idée du début du monde. Le moment où tous les Algériens morts, nés, à venir, décédés depuis les Romains, étaient ensemble, en même temps.

Et dès ce moment, tout a été décidé sous forme du premier cri : la fortune est un butin, l'Etat est un pouvoir, la force est un uniforme, la légende est une arme, l'histoire est une guerre. Les grands axes ont été fixés, les traits du futur algérien, le bien public, la notion commune. Tout a été fixé, à ce moment exact. Des choix de papillons avec des futurs d'orages. Il y a 62 et tout le reste c'est des jours de semaine. En boucle. Tout y revient. La qualité du bitume des routes, la file d'attente et le caractère de l'Algérien, face à l'univers. Faut-il fêter cette date ou la recommencer ? L'interroger jusqu'à lui faire avouer ou la consoler en lui répétant qu'on fera mieux, la prochaine fois ? La creuser comme un puits ou la regarder comme un visage? Obsessionnelle et pour longtemps. Car selon les grands philosophes qui approchent les Dieux, toujours, une histoire que l'on ne comprend pas insiste, se répète, reste. 62 est la date de naissance et la date de décès. On y a eu Benbella, pas Mandela. Des choix d'hommes devenus des choix de tous, malgré tous. On y a eu le « nous sommes arabes » par trois fois, le populisme, la mystique de l'Etat tuteur, le reste.

De toute façon on sait tout sur tout. Chaque mur, chaque cave vide, chaque meuble de colon. On a gardé, figé, ce moment là. Et toute la généalogie algérienne en fut bouleversée : divisée en deux arbres : ceux qui ont compris et pris et ceux qui ont applaudi et ri. Ceci pour le premier préjugé. D'autres suivront. De toute façon, le pays, pour la majorité est surtout un lendemain fade d'une fête unique et solitaire : le 05 juillet 62. Le reste est une distribution de chaises, démantèlement et décompte.

Donc hier, c'était aujourd'hui. Toujours. Tant qu'on n'a pas tranché, on y restera bloqué, dans cette horloge. Prisonnier d'un temps unique qui ne passe pas pendant que nous passons, un par un.

L'avez-vous remarqué ? Plus personne en Algérie n'appelle sa fille Houria. Liberté.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]