ELWATAN-ALHABIB
samedi 21 juin 2014
 
L'illusion et la réalité 
 
 
 
 
 
par Kharroubi Habib
Ahmed Ouyahia, ministre d'Etat, directeur du cabinet présidentiel, a clôturé jeudi après-midi le cycle des consultations autour de la révision de la Constitution qu'il avait été chargé d'entreprendre par le chef de l'Etat. Au terme de cet aspect de sa mission, Ouyahia aura reçu plus de 70 invités entre leaders de partis politiques, personnalités nationales, associations de la société civile et universitaires, sur les centaines qui ont été destinataires de son invitation à le rencontrer.

Bien que parmi la trentaine de destinataires ayant décliné de participer aux consultations il en est dont l'absence a incontestablement marqué les esprits parce que s'agissant de partis ou personnalités aux positionnements qui ne laissent pas indifférent, le pouvoir ne manquera pas évidemment de qualifier de « réussite » l'opération de consultations qu'a pilotée le directeur de cabinet du président. Mais si effectivement Ouyahia n'a enregistré finalement que peu de défections, il ne peut être représenté que le panel d'invités qu'il a reçu suffit à avaliser que ces entretiens ont permis que la construction d'un consensus large tel que voulu par le pouvoir autour de son projet de révision de la Constitution a été atteinte.

L'on ne peut en effet parler de consensus dès lors que les interlocuteurs d'Ouyahia sont dans leur majorité proches du pouvoir même si certains d'entre eux affichent d'être à distance de lui. Pour le citoyen lambda qui a suivi le déroulement des consultations, le défilé de figures auquel elles ont donné lieu a été la confirmation à ses yeux qu'il s'est agi d'une opération qui n'a concerné que le pouvoir et des acteurs n'étant pas en divergence fondamentale avec lui. Il ne faut pas s'étonner à ce qu'ils sont nombreux à ne voir dans ces consultations qu'un stratagème dont le but a été de créer l'illusion qu'il n'a pas été de l'intention du pouvoir de procéder à la révision de la Constitution en cercle fermé en son sein sans prendre au préalable les avis et propositions du plus grand nombre d'acteurs politiques, sociaux ou spécialisés qui puisse être.

Ils se sont d'autant convaincus que le scénario des consultations sur la révision de la Constitution auquel Ouyahia a prêté la main leur est apparu un remake à l'exact de celui qui a eu pour metteur en scène Abdelkader Bensalah et la commission l'ayant assisté. Qu'en a-t-il résulté de ce dernier si ce n'est que Bouteflika avait procédé à une révision dont le contenu n'a répondu qu'à ce que lui voulait et des textes de loi sur les partis et le processus électoral ayant ignoré les avis recueillis. De là à considérer que le pouvoir est dans la même logique pour ce qui est des consultations menées par Ouyahia, le pas a été vite franchi et d'aucuns pensent que la mouture de révision qui sera finalement présentée pour adoption a été déjà ficelée avant qu'Ouyahia n'entame ses entretiens. Si cela n'est pas l'intention du pouvoir, pourquoi alors avoir opté pour ce type de consultations et non pas pour une conférence nationale réunissant le maximum de participants avec pour but qu'elle détermine les axes devant guider le travail d'amendement de la loi fondamentale ?

La nécessité de réviser la Constitution est proclamée par tous quel que soit le positionnement doctrinal et politique de chacun. La démarche adoptée par le pouvoir indique qu'il entend être le seul déterminant de son contenu. Preuve s'il en est qu'il n'est pas disposé à faire de concessions ou à céder aux revendications qui remettent en cause son fonctionnement et mode d'exercice.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]