ELWATAN-ALHABIB
mardi 17 juin 2014
 
La Loi Mansourah : «le délit est de filmer un délit»
 
 
 
 
 
par Kamel Daoud
C'est une histoire folle sous forme de deux histoires : un homme filme un délit, on l'arrête parce qu'il devient un présumé coupable. C'est le cas du bonhomme de Ghardaïa selon les uns. Sa vidéo montre trois policiers qui entrent dans un endroit, s'y attardent puis ressortent les bras chargés. A Ghardaïa, cette ville coupée en deux puis en mille morceaux, cela prend le sens d'une dénonciation d'une police délinquante, sur antécédent d'une police un peu trop passive au goût des habitants face à ce qui s'y passe d'absurde et de grave depuis des mois. La vidéo montre-t-elle un délit, un crime, un fait anodin ou sert-elle à manipuler les foules et à exacerber les tensions ? On n'a pas cherché à nous expliquer, nous le peuple derrière la chaise qui roule. Youcef Ould Dada, 47 ans, en détention depuis fin mars, a été jugé et condamné à deux ans de prison dans un pays anesthésié. La DGSN ne nous a rien dit, n'a rien dit et ne pense qu'il soit utile d'expliquer.

Pourquoi cet homme a filmé ? Par esprit d'agitateur ? Ou parce que le seul recours dans un pays fermé et avec une justice qui chasse les dé-jeûneurs du Ramadhan, Facebook est un pays clément, un cri haut et un minaret plus proche de Dieu que les autres courbés vers les sols de la soumission ? A Ghardaïa, on se souvient qu'Internet a permis, en janvier 2014, de dénoncer « le manquement de certains policiers à leur devoir », selon le communiqué. Des policiers avaient été suspendus parce qu'ils avaient choisi de se croiser les bras face au drame et d'attendre leurs salaires.

C'est aussi Internet qui a permis de dénoncer la dérive et l'horrible scène du manifestant kabyle, traîné évanoui, traîné comme un mouton farci de coup de pieds lors de la marche réprimée d'avril en Kabylie. La DGSN avait là aussi réagi sur dénonciation par Internet.

Internet, Facebook allaient donc devenir le pays de refuge des gens, le lieu de la dénonciation, l'espace de la mise à nu et la preuve que la nation n'est pas le portrait heureux qu'on tendait en miroir à « Lui » dans son Palais. Cette lourde dictature des fonctionnaires, gradés ou administrateurs moyens, allait s'écrouler, dénoncée par l'image et le son et le réseau. Il fallait y mettre fin. Donc, désormais, la règle, même absurde, est que l'on condamne celui qui filme, pas le délit filmé.

Une preuve ? Oui, une à Constantine, cette ville au devant de l'actualité pour un bébé volé dans un hôpital mais heureusement retrouvé. Là, un père avait eu l'idée de filmer un hôpital pédiatrique complètement désert, à 5h du matin, sans agents, sans gardes, sans médecins, sans personne, pour dénoncer l'affreuse situation où il s'est retrouvé avec son enfant en détresse cette semaine. La vidéo, disponible sur le Net, montre un hôpital désert et dégradé, absolument, sans personne pendant que le père y erre dans l'obscurité, de salle en salle.

Quelques jours après, neuf employés (deux médecins, deux infirmiers et cinq agents de sécurité) sont suspendus. Le DSP, directeur de la santé de cet hôpital à Mansourah/Constantine, jouera cependant sur les mots avec art et servira une explication fascinante à un journal confrère : «Selon une enquête interne dont les conclusions m'ont été communiquées verbalement, il ne s'agit aucunement de négligence, mais plutôt de défaillance». A méditer. A méditer aussi l'autre fait énorme : l'auteur de la vidéo est désormais objet d'une plainte pour diffamation de ce même directeur et il est « activement recherché » par la police. Oui. Vous n'avez pas besoin de relire. Il a dénoncé et c'est lui que la police recherche « activement ».

Le message est que vous devrez rester assis, muet et ne jamais penser qu'Internet peut vous servir à dénoncer une injustice. Toute dénonciation d'un délit est passible de la peine prévue pour ce délit. Sans honte, sans souci et sans pudeur. C'est votre pays. C'est la Loi Mansourah, du nom présumé de ce DPS.




 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]