ELWATAN-ALHABIB
vendredi 18 avril 2014
 

Non à la liquidation de l'Algérie !

 

 

 

 

 Dehbi Abdelkader
Une fois de plus, les tenants du régime, dans toutes ses composantes claniques, ont décidé un passage en force, par la fraude, la falsification et le mensonge.
Une fois de plus, la volonté du peuple – même exprimée par moins de 20% des citoyens qui sont allés voter – a été manipulée, falsifiée, bafouée, méprisée.
Plus que jamais, les citoyens et citoyennes, doivent prendre définitivement conscience, qu'aucun salut national ne doit être attendu de cette oligarchie militaro-financière antinationale, dont les cœurs ont été endurcis et dont les esprits ont été aveuglés par des années de crimes, de prédations et de trahison des intérêts du pays ; une oligarchie qui entend pérenniser ad vitam aeternam, pour elle et pour sa descendance, son emprise liberticide et prédatrice mortelle sur l'Etat, la Puissance publique et les ressources du pays, empêchant ainsi l'Algérie d'accéder au statut d'Etat de Droit. Une Algérie où les libertés fondamentales sont étouffées, où les élites compétentes, intègres et patriotes sont marginalisées, voire exclues du champ politique ; une Algérie enfin, où le peuple est totalement spolié de sa souveraineté, derrière un rideau de mascarades électorales, de mensonges, de corruption à grande échelle, de manipulations de l'opinion et de falsifications.
Pour dire les choses clairement, le peuple algérien est manifestement en face d'un véritable plan de déstabilisation, voire de guerre civile, visant la partition du pays et partant, le contrôle de ses ressources – énergétiques et hydriques en particulier –  un plan concocté de longue main, par les forces plus ou moins occultes de l'oligarchie financière mondiale, impérialiste et sioniste, disposant de relais intérieurs, organisés et soumis aux chantages de puissances extérieures, en particulier, l'ancienne puissance coloniale qu'est la France.
L'heure est à l'unification des rangs de nos élites et de nos populations, par-delà nos diversités culturelles, nos conditions sociales, nos sensibilités idéologiques et politiques, en vue de constituer un large front populaire de résistance morale et de contestation citoyenne du pouvoir illégitime en place, par tous les moyens légitimes et non-violents, afin de stopper la destruction de nos valeurs et la dislocation de notre société, dont les signes sont de plus en plus manifestes.
Il appartient en premier lieu, aux hommes et aux femmes qui constituent nos élites intellectuelles dont la majorité sont des patriotes intègres, de s'unir pour le salut de la patrie. Qu'il s'agisse des élites vivant en Algérie, ou de celles résidant à l'étranger ; de celles évoluant dans le secteur privé, ou de celles évoluant dans les structures de l'Etat, voire même, dans les rangs de l'Institution militaire. De s'unir et de s'organiser pour encadrer cette résistance morale et cette contestation citoyenne dont l'objectif final et exclusif, devrait être la restitution de la Souveraineté au Peuple algérien au moyen de l'élection d'une Assemblée Constituante, après une courte Période de Transition n'excédant pas deux ans.
Nous n'avons pas le droit d'être les complices du projet, à présent devenu patent, de liquidation et de pillage de notre propre pays. Un projet qui semble être entré en phase d'exécution. Ce serait d'abord, une trahison de la mémoire de nos martyrs morts pour la Libération de l'Algérie. Ce serait aussi, une trahison envers notre patrie, déjà profondément mortifiée et blessée dans sa dignité par un régime politique arrivé en fin de course, mais dont l'arrogance et le mépris ne peuvent s'expliquer que par les assurances et les garanties qu'imprudemment, il croit avoir contractées, contre son propre peuple.
Abdelkader Dehbi
18 avril 2014
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 / novembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]