ELWATAN-ALHABIB
lundi 24 mars 2014
 

 

Mouloud Hamrouche à El Watan : «L’Armée est forcée de maintenir le statu quo»

 

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 24.03.14 
zoom | © Souhil. B

Serein mais inquiet en raison des risques sérieux qui pèsent sur le pays. Après ses deux  sorties politiques qui ont révélé toute la gravité de la crise qui mine le pouvoir, Mouloud Hamrouche intervient à l’occasion d’une interview accordée à El Watan.

Il compte aller au-delà  de ses précédentes déclarations à l’effet de développer et détailler son analyse de la situation complexe que vit le pays. Le chef de file des réformateurs assure avec gravité qu’il y a «urgence» et que «le risque est réel». M. Hamrouche met ainsi le pouvoir face à ses responsabilités historiques. Il affirme avec force et conviction  que «le système, qui a atteint ses limites et  ne peut plus se renouveler, ne peut plus gouverner dans la cohérence et la cohésion».
S’il refuse de réduire sa position à la seule question du quatrième mandat de Bouteflika, il n’en reste pas moins que l’homme appelle à un changement du tout au tout du système politique algérien. «Nous sommes face à un risque majeur. C’est dans ce sens que j’avais invité l’armée à ne pas s’impliquer dans le choix des hommes.
Ce type de crise touchera la discipline et l’image de l’armée, altérera son rapport à la société», a-t-il averti. Et de poursuivre : «Dans le même temps, la façade politique a cru qu’elle est autorisée à faire abstraction du projet national. Personne, aujourd’hui, n’a de discours sur le projet national. Y compris le chef d’Etat actuel.»
 
-On voudrait commencer cette interview par l’actualité immédiate, liée à la spirale de violence dans la vallée du M’zab, avec son lot de victimes. Que se passe-t-il dans cette région ? Pensez-vous qu’il y ait un rapport avec la crise au sommet du pouvoir ?
Je suis peiné par ce qui se passe dans cette région et je m’associe à la douleur des familles des victimes. Malheureusement, ce qui arrive est la conséquence de l’absence de gestion et un exemple édifiant sur les insuffisances de la gouvernance en Algérie de manière générale. Je ne peux affirmer ou infirmer l’existence d’un lien avec les problèmes du sommet, mais la conjoncture la favorise. Mais ce qui se passe ailleurs est également de la même ampleur. Des émeutes partout. C’est devenu une caractéristique de l’Algérie presque au quotidien.
-Ce qui se passe dans le M’zab inquiète beaucoup les citoyens. Vous dites qu’il y a là absence de gestion ; dans votre appel vous dites que l’élection est un moment qui pourrait projeter l’Algérie vers l’avenir. Ce n’est pas le sentiment qu’ont les Algériens aujourd’hui. Le système a décidé de garder tous les leviers en main…
J’avais dit que cette échéance comporte un risque et une opportunité. L’opportunité de voir, après la présidentielle, l’Algérie s’engager sur la voie de la construction d’une vraie démocratie et d’un véritable Etat de droit ; le risque est de voir l’embrasement des conflits du sommet. J’ai été heureux de voir l’ancien président de la République, Liamine Zeroual, exprimer la même inquiétude et préciser ce que devrait être le contenu de la future mandature. Il dit clairement que le pays a besoin d’un nouveau consensus national, de rénover notre système politique, de s’ouvrir sur la société, de garantir les droits des citoyens. Il était important qu’il le fasse vu sa personnalité et sa moralité. Il y a une forte demande de la société, mais ce n’est pas encore une volonté du pouvoir. Cette demande ne figure pas dans les programmes des candidats. Elle est portée par des femmes et des hommes des mouvements et partis conscients, lucides et inquiets des menaces qui guettent le pays. Ces menaces viennent du risque de l’effondrement du système. Un système qui a atteint ses limites, qui ne peut plus se renouveler, ne peut plus gouverner dans la cohérence et la cohésion. Car il n’est plus porteur du projet national.
-Dans votre appel du 17 février, vous avez déclaré aussi que le pays vit des «moments sensibles» à la veille d’une élection politique. Dans quelles conditions politiques intervient justement cette échéance ? Visiblement pas dans «la sérénité, la cohésion et la discipline légale»…
Le pouvoir affirme de manière implicite que la crise est terminée puisqu’il y a eu levée de l’état d’urgence et, en même temps, il signale que l’armée ne doit plus s’immiscer dans le champ politique. Alors que c’est elle qui l’a légitimé. Cela pose un sérieux problème. Si l’armée n’a plus à légitimer, de quelle légitimité peuvent se revendiquer ces hommes ? Des centres et groupes autour du pouvoir formel veulent exercer le pouvoir, sans la surveillance l’armée et sans partage, par le maintien des lois d’exception, malgré la levée de l’état d’urgence, le contrôle des directions des partis gravitant autour des même sphères.
-Beaucoup d’hommes politiques d’envergure évoquent l’affairisme. Il y aurait eu irruption, plus qu’auparavant, des milieux d’affaires de type maffieux. Qu’en pensez-vous ?
Oui. C’est une conséquence de la crise, mais cela ne la justifie pas. Pendant que l’armée et les services de sécurité luttaient contre le terrorisme et la violence, les administrations gouvernementales, les administrations pérennes d’autorité ont été phagocytées ou mises en échec, à l’instar des autorités fiscales, douanières et monétaires. La source de l’affaiblissement de ces administrations régaliennes de l’Etat est la conjonction entre l’abus de pouvoir, les passe-droits et le champ du non-droit. L’Etat et le gouvernement sont menacés dans leurs fondements.
-Votre appel a tétanisé et contraint deux courants du pouvoir – la Présidence et le DRS – à faire alliance alors qu’ils étaient en conflit…
La première motivation était la baisse de tension et de signaler que le conflit entre hommes n’a jamais été d’un bon apport et pour les hommes et pour le pays. J’avais effectivement des inquiétudes. Je voulais signaler que le problème ne réside pas dans des querelles, mais dans l’obsolescence du système politique. Un système à bout qui ne peut plus choisir et décider. Il a atteint ses limites et peut s’effondrer à tout moment. Les conditions objectives pour cela sont réunies. Construire un consensus derrière l’armée autour de tel ou tel candidat n’est plus possible. Le lieu de naissance risque à l’avenir de devenir source de problème. Ce serait grave.
-Là, vous faites une proposition. Comment se décline le compromis auquel vous appeliez ?
L’idée est d’élaborer un consensus national nouveau, fondé sur notre identité, notre sécurité et notre projet national d’instaurer un Etat démocratique fort, qui garantisse les droits et l’égalité entre tous les Algériens, en passant d’un système totalement autoritaire vers un système totalement ouvert et démocratique. Cela nécessitera de séquencer les phases de transformation et l’établissement des garanties y afférentes. Il y a urgence et le risque est réel.
-Votre premier appel a été vite suivi de l’annonce de la candidature de Abdelaziz Bouteflika pour briguer une quatrième mandature, sachant qu’il est gravement malade. Un passage en force. Quel commentaire cela vous inspire ?
Je ne porte pas de regard sur l’homme, mais sur le système. Je ne veux pas polémiquer sur la santé du Président sortant. Il n’y a que son médecin et le Conseil constitutionnel qui doivent le faire. Le président est absent et continuera à l’être après le 17 avril, s’il est élu. Cela pose un sérieux problème quant à la présence de notre pays au plan géopolitique… Il est légitime de s’interroger sur les motivations qui poussent le système et ses hommes à imposer la candidature du président. Le système ne laisse pas beaucoup de choix aux Algériens.
-Un président physiquement affaibli, entouré de groupes en lien avec des milieux maffieux, va sans doute avoir un impact désastreux sur le pays ?
Notre crise a trop duré. Elle est devenue inextricable. Elle est sur le point de devenir insoluble par des moyens pacifiques. Aucune partie, aucun parti politique n’ont la capacité de résoudre notre crise. Pis, le gouvernement n’a plus la maîtrise de gouverner ni d’administrer le pays.
-Il y a une forte mobilisation dans la société, des personnalités politiques d’envergure, Liamine Zeroual qui exprime avec ses mots à lui l’opposition à la quatrième mandature de Bouteflika. Aujourd’hui, vous, Monsieur Hamrouche, êtes-vous opposé au quatrième mandat ?
Le problème ne se pose pas en termes d’être pour ou contre une quatrième mandature. Il y a des problèmes graves qui se posent et d’autres qui vont se poser immédiatement après la présidentielle, avec ou sans le quatrième mandat. Alors, la question est comment éviter au pays d’entrer dans des crises additionnelles. Car le système politique en place ne peut plus produire de gouvernants, de solutions et de volontés. Ces impasses risquent de faire perdre au pays les dernières opportunités et d’ouvrir une nouvelle liste d’autres victimes.
-N’est-il pas trop tard ?
Un peu tard, mais ce n’est pas encore trop tard.
-L’on comprend que vous vous engagez à vous impliquer et à jouer un rôle politique dans le futur. De quelle manière ?
Le pays a besoin de réponses maintenant. Le temps n’est plus un allié, le hasard n’est pas une politique et l’euthanasie n’est pas une médication. Dans l’urgence, le pays a besoin de toutes les bonnes volontés, toutes les idées et aucune contribution n’est moralement récusable. Pour sortir le pays de sa crise, il faut mettre un terme aux différents blocages et briser les multiples impasses. Cela ne se fera pas par un retour au passé, car on ne peut revenir en arrière ni par des tergiversations ni des manœuvres dilatoires.
Mais par des solutions consensuelles qui marchent et qui captent l’adhésion du plus grand nombre des citoyens et de toutes les régions du pays. La transformation est mise sur le compte du pouvoir, qui doit apporter une série de réponses et d’actions concrètes en guise d’engagement et de bonne volonté. Cette transformation est aussi mise sur le compte des directions des partis en cas de réponses adéquates et avérées de la part du régime.

-Vous engagez-vous à jouer un rôle dans cette transformation du système ?
Personnellement, je suis prêt à apporter ma contribution en termes de réflexion et d’implication. Je suis prêt à m’engager auprès de l’opinion et des citoyens pour les convaincre du bien-fondé de la démarche du changement.
-Pensez-vous que vous seriez entendu ?
Le pays attend une telle démarche. Les citoyens veulent reprendre leur place dans le mouvement de l’histoire. Ils patientent, observent et prospectent les choix, les voies et les solutions qui sont offertes à eux. La solution la moins coûteuse leur donnera plus de voix et d’élan. Elle donnera au pays plus d’opportunités, plus de stabilité et plus de respectabilité. Et le pays cessera d’être mal vu et mal traité.
-On vous reproche souvent, dans vos sorties politiques, de vous adresser uniquement à l’armée et non pas aux Algériens. Que répondez-vous ?
C’est vrai. Ce reproche est justifié. Je m’adresse à ceux qui gouvernent et à ceux qui les légitiment. Je m’adresse au pouvoir parce que la majorité de la population a été forcée de déserter le champ politique. Elle refuse d’écouter un discours tronqué et mensonger et des contrevérités.
-Vous avez déclaré, lors de votre conférence de presse du 27 février passé, que l’armée ne «doit pas être enrôlée dans les conflits politiques et idéologiques» et «l’encadrement des forces de défense et de sécurité soumis, à chaque échéance présidentielle, à d’intolérables pressions». Aujourd’hui, l’armée est-elle entraînée dans des luttes pour se maintenir au pouvoir à l’occasion de cette présidentielle ?
L’armée n’a pas à faire allégeance. Elle a déjà fait son allégeance au pays, à l’Etat, à la nation et à son projet national. Nous observons l’apparition, pour la première fois, de divergences sur les choix des candidats. Nous sommes face à un risque majeur.
C’est dans ce sens que j’avais invité l’armée à ne pas s’impliquer dans le choix des hommes. Ce type de crise touchera la discipline et l’image de l’armée, altérera son rapport à la société.Dans le même temps, la façade politique a cru qu’elle est autorisée à faire abstraction du projet national. Personne, aujourd’hui, n’a de discours sur le projet national.

-Y compris le chef d’Etat actuel ?
Oui, y compris le chef d’Etat actuel.
-Pensez-vous que les chefs militaires à des niveaux différents sont d’accord ou divisés sur la démarche politique à suivre dans cette phase ?
Je voulais justement éviter au commandement que leurs subordonnés s’interrogent sur la conduite à tenir. Je ne souhaite pas voir de courants dans l’armée.
-Avez-vous rencontré des chefs militaires ?
Je ne réponds pas à cette question, elle est absurde. J’ai toujours dit que je suis l’enfant du système, j’ai contribué à construire ce système. Je suis un ancien officier de l’armée. Il est évident que je connais mes anciens camarades, mes anciens compagnons. Je ne suis pas dans un complot et je ne l’ai jamais été.
-Votre appel est interprété par certains acteurs politiques comme étant un appel du pied à l’armée pour vous porter au pouvoir. Que répondez-vous ?
Il y a une déclaration au moment où Zeroual avait appelé, en 1995, à une élection présidentielle, j’ai été approché pour être candidat. J’avais posé trois conditions. Je ne serai jamais contre le candidat de l’armée, je ne serai jamais candidat à une élection où les résultats sont établis d’avance, et je ne serai pas candidat contre Zeroual s’il se présente. Certains, à dessein, ont retenu juste la première condition, en faisant croire à l’opinion que si l’armée m’appelle je serai son candidat.
J’ai été candidat en 1999, parce qu’il y avait des personnalités respectées, respectables par l’opinion nationale et internationale. Nous avions voulu imposer un minimum d’ouverture au scrutin et tester la volonté du système à ouvrir les élections. Candidature ouverte, campagne extraordinaire, malheureusement le scrutin était totalement fermé.

-Vous ne vous êtes pas porté candidat à la présidentielle d’avril 2014 parce que l’armée a choisi son propre candidat en la personne de Bouteflika ?
Aujourd’hui, l’armée n’a pas choisi de candidat. Elle a été forcée de maintenir le statu quo. Nous sommes dans l’impasse.
-Quel est votre regard sur l’économie algérienne aujourd’hui ?
Les données rendues publiques ne sont plus fiables et visiblement les structures officielles chargées de collecter les informations économiques n’ont plus les moyens et l’autorité pour le faire correctement. Une fois de plus, c’est une autre administration pérenne d’autorité qui subit l’agression des détenteurs du discours lyrique sur des lendemains qui chantent.
La neutralisation de cette administration contribue à la disparition de l’information économique, notamment sur les transferts sociaux, la destination des dépenses ainsi sur l’investissement industriel réel et la spéculation sur le dinar.

-Quand vous appeliez les nouvelles générations à prendre des responsabilités, on comprend que vous parliez des jeunes officiers de l’armée – colonels et jeunes généraux. Est-il venu le temps d’inviter la vieille garde à céder les rênes ?
Oui. J’ai souhaité que l’ancienne génération prépare les conditions de son départ. J’ai invité la nouvelle génération à mettre le pied à l’étrier, si ce n’est déjà fait. Car la sauvegarde des fondamentaux de notre mouvement de libération nationale, l’identité algérienne, la sécurité nationale et le projet national qui consiste en un Etat de droit et un pays fort dans son économie, une université performante, une école qui produit des élites va leur incomber. J’ai ajouté dans mon deuxième appel que les nouvelles générations ne doivent pas s’encombrer des querelles et fardeaux d’hier.Les nouvelles générations ne doivent pas avoir de contentieux avec le passé du pays.
-Quel est le sentiment qui règne chez les jeunes officiers militaires en cette situation cruciale que vit le pays ?
Ce que je sais ou ce que je crois savoir, c’est qu’ils sont affligés par le fait qu’on leur demande d’affirmer leur allégeance aux hommes.
-L’on susurre par-ci par-là que vous avez été approché par le cercle présidentiel et par l’autre segment du pouvoir, le DRS notamment, pour occuper éventuellement un poste de vice-président ?
Je soupçonne les cercles proches du pouvoir d’être derrière cette rumeur. Ce type de rumeur peut participer, de leur point de vue, à baisser les tensions pour faire croire à une possibilité d’allégeance.
-Vous dites que le pouvoir a atteint ses limites historiques, à bout de souffle, une réalité qu’il ne veut pas admettre, du coup il refuse l’idée d’un compromis national. Ne craignez-vous pas que cette situation pourrait conduire à un affrontement violent dans la société ?
Je n’exclus pas l’affrontement, mais j’estime que les conditions d’aujourd’hui imposent aux uns et aux autres d’aller vers un compromis. Le sens de ma déclaration était de le leur rappeler. Il est du devoir de chacun de dépasser le clivage régional ou régionaliste ou tribal et de trouver des compromis. Et c’est pour cela que j’avais dit que dans chaque crise, il y a des victimes, mais aussi et surtout des opportunités.
Les peuples et les élites intelligentes transforment les crises en opportunités. Est-ce que nous avons suffisamment de sagesse dans les rouages du pouvoir, dans les hommes qui commandent pour dire qu’on n’a plus besoin de victimes. Cela suffit. La crise a trop duré.

-Existe-t-il une tendance forte à l’intérieur audible à votre appel ?
Je ne suis plus en fonction, je ne suis plus dans l’armée depuis longtemps. J’affirme que notre armée recèle des hommes compétents, une nouvelle génération bien formée, bien au courant de ce qui se passe dans le pays et ailleurs. Elle n’est pas enfermée.
 

Omar Belhouchet et Hacen Ouali
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 / octobre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]