ELWATAN-ALHABIB
jeudi 20 mars 2014
 

Dans un message adressé aux algériens : Liamine Zeroual fait le procès de Bouteflika

 

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 20.03.14  
zoom | © photo : AFP

L’ancien président de la République estime que le prochain mandat présidentiel est celui de «l’ultime chance à saisir pour engager l’Algérie sur la voie de la transition véritable». Une ambition que ne saurait être l’œuvre d’un seul homme.

 
Un tournant. L’ancien président de la République, Liamine Zeroual, sort de sa réserve, s’adresse à la nation et exprime ses «craintes», à la veille d’une élection présidentielle remplie d’incertitudes. Dans une lettre écrite, remise exclusivement à trois quotidiens nationaux, dont El Watan, il met en garde contre les risques d’une série d’événements qui marquent l’actualité nationale.
Ce qui se passe aujourd’hui sur la scène nationale ne peut laisser indifférent et interpelle la conscience de tout citoyen algérien jaloux de l’indépendance de son pays», relève l’ancien chef de l’Etat. L’impasse périlleuse dans laquelle se trouve le pays, conséquence de la vacance du pouvoir et du passage en force entrepris pour se maintenir au pouvoir de l’actuelle équipe dirigeante, a visiblement secoué la conscience d’un homme qui a eu à diriger le pays dans sa phase la plus critique.
Face au danger qui menace sérieusement le pays, Liamine Zeroual, tel un vieux soldat, ne pouvait manifestement se confiner indéfiniment dans l’obligation de réserve. «L’attitude de réserve ne m’a jamais empêché d’être toujours sensible aux pulsations de la société algérienne et d’observer avec une attention régulière et un intérêt particulier l’évolution de l’actualité nationale. La survenance d’une série d’événements et de déclarations, autant multiples qu’inhabituels, notamment à la veille d’une importante échéance électorale, m’a mis dans l’obligation morale de m’exprimer et de partager mes sentiments et mes craintes avec mes concitoyens algériens», révèle-t-il dans son message. En évoquant les «craintes», Liamine Zeroual, connu pourtant pour son sens de la mesure, confirme toute la gravité de la crise et les périls qui pèsent sur le pays. Son intervention est assurément synonyme d’un tournant sensible dans la vie nationale chargée d’inquiétudes.
Son implication dans le débat va certainement changer la donne politique et pourrait fort probablement bouleverser les rapports de force tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pouvoir. Son message provoquera sans nul doute un déclic dans une société en colère contre un pouvoir autoritaire qui impose des choix politiques funestes.


L’armée et la démocratie

Dans son communiqué, Liamine Zeroual n’a pas passé sous silence les «diatribes» contre l’armée, qui avaient révélé de profondes divisions dans le sérail. «Malheureusement et tout récemment, l’institution militaire s’est vue exposée à une regrettable diatribe dont la finalité n’est autre que celle de fragiliser l’appareil national de défense et de sécurité nationale et d’ouvrir ainsi la porte aux multiples dangers qui guettent l’Algérie», regrette-t-il. L’ancien chef d’Etat dans son analyse insère les «diatribes» contre l’armée dans un contexte politique bien particulier. «Ce qui se passe aujourd’hui sur la scène nationale ne saurait être grossièrement éludé au profit de certaines approches dont les intentions cachées ne servent pas nécessairement les intérêts vitaux de l’Algérie», accuse-t-il. A l’endroit de l’équipe actuelle au pouvoir qui arbore avec arrogance les «succès économiques», Liamine Zeroual lui envoie une sévère mise en garde. «Il faut se garder de sous-estimer la situation actuelle et de penser que la manne financière peut, à elle seule, venir à bout d’une crise de confiance structurelle. Même fondé, l’étalage des statistiques et de bilans chiffrés à l’adresse d’une opinion nationale exsangue n’est pas pour convaincre son scepticisme exacerbé, ni de nature à contenir l’effervescence citoyenne que connaît actuellement la scène politique nationale», avertit-il. Et contrairement aux partisans d’un quatrième mandat imposé à une société en colère, Liamine Zeroual apporte un appui sans faille aux Algériens opposés au statu quo. Il juge que «l’effervescence citoyenne qui n’a d’autre ambition légitime que celle d’apporter sa propre contribution à l’édification d’un nouvel ordre politique dans la fidélité à l’esprit de la déclaration du 1er Novembre 1954 et en harmonie avec les normes universellement consacrées, tout en préservant nos valeurs et nos spécificités», soutient encore l’ancien Président.


«Un mandat de transition»

L’homme, qui avait instauré le principe d’alternance en limitant à deux le nombre de mandats présidentiels, a sévèrement critiqué la révision constitutionnelle de 2008 imposée par Bouteflika et mesure le recul démocratique engendré. «L’amendement de son article 74 a profondément altéré le saut qualitatif qu’exigeait l’alternance au pouvoir et a privé le processus de redressement national de conquérir de nouveaux acquis sur le chemin de la démocratie», constate l’ancien chef d’Etat.
Il fait ainsi et subtilement le procès de l’actuel Président. L’homme qui a réussi à reconstruire l’Etat, sur les décombres de la guerre civile, met en garde ainsi ceux qui veulent forcer le passage.

«Une élection souveraine à travers laquelle le peuple souverain donnera mandat au prochain Président d’agir en son nom, pour une période de cinq ans.» Zeroual rappelle avec force qu’à «l’aune d’une aussi importante consultation électorale et des conditions objectives de transparence et de liberté qui doivent entourer son déroulement, que s’apprécie le degré d’enracinement social de l’Etat et que s’acquiert le respect mérité dans le concert des nations». Zeroual rappelle à ce titre toute la gravité qu’exige cette haute responsabilité. Prétendre à la magistrature suprême est un «insigne honneur, mais également une lourde et délicate charge, autant morale que physique. Une charge qui, pour être honorablement assumée, exige d’être entourée d’un certain nombre de conditions, dont essentiellement celle qu’édicte formellement la Constitution d’une part et celle qu’impose l’éthique des règles protocolaires liées à l’exercice de la fonction présidentielle». Un avertissement adressé à ceux qui veulent imposer un quatrième mandat d’un président-candidat fortement handicapé, une opposition est ouvertement assumée.
L’ancien président de la République considère, par ailleurs, qu’indépendamment de l’issue de la présidentielle, «il faudra surtout retenir que le prochain mandat présidentiel est le mandat de l’ultime chance à saisir pour engager l’Algérie sur la voie de la transition véritable».
Il assure que tous les indicateurs objectifs militent pour «entamer, sous le sceau de l’urgence, dans la sérénité et de manière pacifique, les grands travaux de cette œuvre nationale salutaire à la réalisation de laquelle tous les Algériens doivent être associés».
Une ambition qui ne serait l’œuvre d’un seul homme et d’un clan. «Il faut se garder de croire que la grandeur du dessein national peut relever de la seule volonté d’un homme serait-il providentiel ou de l’unique force d’un parti serait-il majoritaire», «la grandeur du dessein national est intimement liée à la grandeur du peuple et de sa capacité d’œuvrer constamment à conquérir de nouveaux espaces démocratiques», préconise l’ancien Président.                 

Dans un message adressé aux algériens : Liamine Zeroual fait le procès de Bouteflika
 
 
L’ancien président de la République estime que le prochain mandat présidentiel est celui de «l’ultime chance à saisir pour engager l’Algérie sur la voie de la transition véritable». Une ambition que ne saurait être l’œuvre d’un seul homme.
 
Un tournant. L’ancien président de la République, Liamine Zeroual, sort de sa réserve,  s’adresse à la nation et exprime ses «craintes», à la veille d’une élection présidentielle remplie d’incertitudes. Dans une lettre écrite, remise exclusivement à trois quotidiens nationaux, dont El Watan, il met en garde contre les risques d’une série d’événements qui marquent l’actualité nationale.                

Ce qui se passe aujourd’hui sur la scène nationale ne peut laisser indifférent et interpelle la conscience de tout citoyen algérien jaloux de l’indépendance de son pays», relève l’ancien chef de l’Etat. L’impasse périlleuse dans laquelle se trouve le pays, conséquence de la vacance du pouvoir et du passage en force entrepris pour se maintenir au pouvoir de l’actuelle équipe dirigeante, a visiblement secoué la conscience d’un homme qui a eu à diriger le pays dans sa phase la plus critique.

Face au danger qui menace sérieusement le pays, Liamine Zeroual, tel un vieux soldat, ne pouvait manifestement se confiner indéfiniment dans l’obligation de réserve. «L’attitude de réserve ne m’a jamais empêché d’être toujours sensible aux pulsations de la société algérienne et d’observer avec une attention régulière et un intérêt particulier l’évolution de l’actualité nationale. La survenance d’une série d’événements et de déclarations, autant multiples qu’inhabituels, notamment à la veille d’une importante échéance électorale, m’a mis dans l’obligation morale de m’exprimer et de partager mes sentiments et mes craintes avec mes concitoyens algériens», révèle-t-il dans son message. En évoquant les «craintes», Liamine Zeroual, connu pourtant pour son sens de la mesure, confirme toute la gravité de la crise et les périls qui pèsent sur le pays. Son intervention est assurément synonyme d’un tournant sensible dans la vie nationale chargée d’inquiétudes.
Son implication dans le débat va certainement changer la donne politique et pourrait fort probablement bouleverser les rapports de force tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pouvoir. Son message provoquera sans nul doute un déclic dans une société en colère contre un pouvoir autoritaire qui impose des choix politiques funestes.


L’armée et la démocratie

Dans son communiqué, Liamine Zeroual n’a pas passé sous silence les «diatribes» contre l’armée, qui avaient révélé de profondes divisions dans le sérail. «Malheureusement et tout récemment, l’institution militaire s’est vue exposée à une regrettable diatribe dont la finalité n’est autre que celle de fragiliser l’appareil national de défense et de sécurité nationale et d’ouvrir ainsi la porte aux multiples dangers qui guettent l’Algérie», regrette-t-il. L’ancien chef d’Etat dans son analyse insère les «diatribes» contre l’armée dans un contexte politique bien particulier. «Ce qui se passe aujourd’hui sur la scène nationale ne saurait être grossièrement éludé au profit de certaines approches dont les intentions cachées ne servent pas nécessairement les intérêts vitaux de l’Algérie», accuse-t-il. A l’endroit de l’équipe actuelle au pouvoir qui arbore avec arrogance les «succès économiques», Liamine Zeroual lui envoie une sévère mise en garde. «Il faut se garder de sous-estimer la situation actuelle et de penser que la manne financière peut, à elle seule, venir à bout d’une crise de confiance structurelle. Même fondé, l’étalage des statistiques et de bilans chiffrés à l’adresse d’une opinion nationale exsangue n’est pas pour convaincre son scepticisme exacerbé, ni de nature à contenir l’effervescence citoyenne que connaît actuellement la scène politique nationale», avertit-il. Et contrairement aux partisans d’un quatrième mandat imposé à une société en colère, Liamine Zeroual apporte un appui sans faille aux Algériens opposés au statu quo. Il juge que «l’effervescence citoyenne qui n’a d’autre ambition légitime que celle d’apporter sa propre contribution à l’édification d’un nouvel ordre politique dans la fidélité à l’esprit de la déclaration du 1er Novembre 1954 et en harmonie avec les normes universellement consacrées, tout en préservant nos valeurs et nos spécificités», soutient encore l’ancien Président.  

«Un mandat de transition»

L’homme, qui avait instauré le principe d’alternance en limitant à deux le nombre de mandats présidentiels, a sévèrement critiqué la révision constitutionnelle de 2008 imposée par Bouteflika et mesure le recul démocratique engendré. «L’amendement de son article 74 a profondément altéré le saut qualitatif qu’exigeait l’alternance au pouvoir et a privé le processus de redressement national de conquérir de nouveaux acquis sur le chemin de la démocratie», constate l’ancien chef d’Etat.
Il fait ainsi et subtilement le procès de l’actuel Président.  L’homme qui a réussi à reconstruire l’Etat, sur les décombres de la guerre civile, met en garde ainsi ceux qui veulent forcer le passage.

«Une élection souveraine à travers laquelle le peuple souverain donnera mandat au prochain Président d’agir en son nom, pour une période de cinq ans.» Zeroual rappelle avec force qu’à «l’aune d’une aussi importante consultation électorale et des  conditions objectives de transparence et de liberté qui doivent entourer son déroulement, que s’apprécie le degré d’enracinement social de l’Etat et que s’acquiert le respect mérité dans le concert des nations». Zeroual rappelle à ce titre toute la gravité qu’exige cette haute responsabilité. Prétendre à la magistrature suprême est un «insigne honneur, mais également une lourde et délicate charge, autant morale que physique. Une charge qui, pour être honorablement assumée, exige d’être entourée d’un certain nombre de conditions, dont essentiellement celle qu’édicte formellement la Constitution d’une part et celle qu’impose l’éthique des règles protocolaires liées à l’exercice de la fonction présidentielle». Un avertissement adressé à ceux qui veulent imposer un quatrième mandat d’un président-candidat fortement handicapé, une opposition est ouvertement assumée.
L’ancien président de la République considère, par ailleurs, qu’indépendamment de l’issue de la présidentielle, «il faudra surtout retenir que le prochain mandat présidentiel est le mandat de l’ultime chance à saisir pour engager l’Algérie sur la voie de la transition véritable».
Il assure que tous les indicateurs objectifs militent pour «entamer, sous le sceau de l’urgence, dans la sérénité et de manière pacifique, les grands travaux de cette œuvre nationale salutaire à la réalisation de laquelle tous les Algériens doivent être associés».
Une ambition qui ne serait l’œuvre d’un seul homme et d’un clan. «Il faut se garder de croire que la grandeur du dessein national peut relever de la seule volonté d’un homme serait-il providentiel ou de l’unique force d’un parti serait-il majoritaire», «la grandeur du dessein national est intimement liée à la grandeur du peuple et de sa capacité d’œuvrer constamment à conquérir de nouveaux espaces démocratiques», préconise l’ancien Président.

Dans un message adressé aux algériens : Liamine Zeroual fait le procès de Bouteflika
 
 
L’ancien président de la République estime que le prochain mandat présidentiel est celui de «l’ultime chance à saisir pour engager l’Algérie sur la voie de la transition véritable». Une ambition que ne saurait être l’œuvre d’un seul homme.
 
Un tournant. L’ancien président de la République, Liamine Zeroual, sort de sa réserve,  s’adresse à la nation et exprime ses «craintes», à la veille d’une élection présidentielle remplie d’incertitudes. Dans une lettre écrite, remise exclusivement à trois quotidiens nationaux, dont El Watan, il met en garde contre les risques d’une série d’événements qui marquent l’actualité nationale.                

Ce qui se passe aujourd’hui sur la scène nationale ne peut laisser indifférent et interpelle la conscience de tout citoyen algérien jaloux de l’indépendance de son pays», relève l’ancien chef de l’Etat. L’impasse périlleuse dans laquelle se trouve le pays, conséquence de la vacance du pouvoir et du passage en force entrepris pour se maintenir au pouvoir de l’actuelle équipe dirigeante, a visiblement secoué la conscience d’un homme qui a eu à diriger le pays dans sa phase la plus critique.

Face au danger qui menace sérieusement le pays, Liamine Zeroual, tel un vieux soldat, ne pouvait manifestement se confiner indéfiniment dans l’obligation de réserve. «L’attitude de réserve ne m’a jamais empêché d’être toujours sensible aux pulsations de la société algérienne et d’observer avec une attention régulière et un intérêt particulier l’évolution de l’actualité nationale. La survenance d’une série d’événements et de déclarations, autant multiples qu’inhabituels, notamment à la veille d’une importante échéance électorale, m’a mis dans l’obligation morale de m’exprimer et de partager mes sentiments et mes craintes avec mes concitoyens algériens», révèle-t-il dans son message. En évoquant les «craintes», Liamine Zeroual, connu pourtant pour son sens de la mesure, confirme toute la gravité de la crise et les périls qui pèsent sur le pays. Son intervention est assurément synonyme d’un tournant sensible dans la vie nationale chargée d’inquiétudes.
Son implication dans le débat va certainement changer la donne politique et pourrait fort probablement bouleverser les rapports de force tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pouvoir. Son message provoquera sans nul doute un déclic dans une société en colère contre un pouvoir autoritaire qui impose des choix politiques funestes.


L’armée et la démocratie

Dans son communiqué, Liamine Zeroual n’a pas passé sous silence les «diatribes» contre l’armée, qui avaient révélé de profondes divisions dans le sérail. «Malheureusement et tout récemment, l’institution militaire s’est vue exposée à une regrettable diatribe dont la finalité n’est autre que celle de fragiliser l’appareil national de défense et de sécurité nationale et d’ouvrir ainsi la porte aux multiples dangers qui guettent l’Algérie», regrette-t-il. L’ancien chef d’Etat dans son analyse insère les «diatribes» contre l’armée dans un contexte politique bien particulier. «Ce qui se passe aujourd’hui sur la scène nationale ne saurait être grossièrement éludé au profit de certaines approches dont les intentions cachées ne servent pas nécessairement les intérêts vitaux de l’Algérie», accuse-t-il. A l’endroit de l’équipe actuelle au pouvoir qui arbore avec arrogance les «succès économiques», Liamine Zeroual lui envoie une sévère mise en garde. «Il faut se garder de sous-estimer la situation actuelle et de penser que la manne financière peut, à elle seule, venir à bout d’une crise de confiance structurelle. Même fondé, l’étalage des statistiques et de bilans chiffrés à l’adresse d’une opinion nationale exsangue n’est pas pour convaincre son scepticisme exacerbé, ni de nature à contenir l’effervescence citoyenne que connaît actuellement la scène politique nationale», avertit-il. Et contrairement aux partisans d’un quatrième mandat imposé à une société en colère, Liamine Zeroual apporte un appui sans faille aux Algériens opposés au statu quo. Il juge que «l’effervescence citoyenne qui n’a d’autre ambition légitime que celle d’apporter sa propre contribution à l’édification d’un nouvel ordre politique dans la fidélité à l’esprit de la déclaration du 1er Novembre 1954 et en harmonie avec les normes universellement consacrées, tout en préservant nos valeurs et nos spécificités», soutient encore l’ancien Président.  

«Un mandat de transition»

L’homme, qui avait instauré le principe d’alternance en limitant à deux le nombre de mandats présidentiels, a sévèrement critiqué la révision constitutionnelle de 2008 imposée par Bouteflika et mesure le recul démocratique engendré. «L’amendement de son article 74 a profondément altéré le saut qualitatif qu’exigeait l’alternance au pouvoir et a privé le processus de redressement national de conquérir de nouveaux acquis sur le chemin de la démocratie», constate l’ancien chef d’Etat.
Il fait ainsi et subtilement le procès de l’actuel Président.  L’homme qui a réussi à reconstruire l’Etat, sur les décombres de la guerre civile, met en garde ainsi ceux qui veulent forcer le passage.

«Une élection souveraine à travers laquelle le peuple souverain donnera mandat au prochain Président d’agir en son nom, pour une période de cinq ans.» Zeroual rappelle avec force qu’à «l’aune d’une aussi importante consultation électorale et des  conditions objectives de transparence et de liberté qui doivent entourer son déroulement, que s’apprécie le degré d’enracinement social de l’Etat et que s’acquiert le respect mérité dans le concert des nations». Zeroual rappelle à ce titre toute la gravité qu’exige cette haute responsabilité. Prétendre à la magistrature suprême est un «insigne honneur, mais également une lourde et délicate charge, autant morale que physique. Une charge qui, pour être honorablement assumée, exige d’être entourée d’un certain nombre de conditions, dont essentiellement celle qu’édicte formellement la Constitution d’une part et celle qu’impose l’éthique des règles protocolaires liées à l’exercice de la fonction présidentielle». Un avertissement adressé à ceux qui veulent imposer un quatrième mandat d’un président-candidat fortement handicapé, une opposition est ouvertement assumée.
L’ancien président de la République considère, par ailleurs, qu’indépendamment de l’issue de la présidentielle, «il faudra surtout retenir que le prochain mandat présidentiel est le mandat de l’ultime chance à saisir pour engager l’Algérie sur la voie de la transition véritable».
Il assure que tous les indicateurs objectifs militent pour «entamer, sous le sceau de l’urgence, dans la sérénité et de manière pacifique, les grands travaux de cette œuvre nationale salutaire à la réalisation de laquelle tous les Algériens doivent être associés».
Une ambition qui ne serait l’œuvre d’un seul homme et d’un clan. «Il faut se garder de croire que la grandeur du dessein national peut relever de la seule volonté d’un homme serait-il providentiel ou de l’unique force d’un parti serait-il majoritaire», «la grandeur du dessein national est intimement liée à la grandeur du peuple et de sa capacité d’œuvrer constamment à conquérir de nouveaux espaces démocratiques», préconise l’ancien Président.

Hacen Ouali
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 / septembre 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]