ELWATAN-ALHABIB
samedi 26 mai 2012
 

Les enfants de Fallujah - l'hôpital des horreurs 

 

 

Robert Fisk
Mardi 22 Mai 2012

Rapport Spécial Jour deux : des Bébés mort-nés, des handicaps, des difformités aussi affligeants à décrire - quel mensonge derrière les supplices à l'Hôpital Général de Fallujah ?


Les enfants de Fallujah - l'hôpital des horreurs

Les images s'affichent sur un écran à un étage supérieur de l'Hôpital Général Fallujah. Et subitement, le bureau d'administration de Nadhem Shokr Al-Hadidi devient une petite chambre d'horreurs. Un bébé avec une bouche énormément déformée. Un enfant avec un défaut de la moelle épinière, matière de l'épine à l'extérieur du corps. Un bébé avec un œil Cyclopéen épouvantable, énorme. Un autre bébé avec seulement la moitié d'une tête, mort-né comme le reste, date de naissance le 17 juin 2009. Puis une autre image apparait sur l'écran : date de naissance le 6 juillet 2009, elle montre un enfant minuscule avec la moitié d'un bras droit, aucune jambe gauche, pas d’organes génitaux.
 
"Nous voyons ceci tout le temps maintenant," dit Al-Hadidi et un doctoresse entre dans la pièce et jette un coup d'œil à l'écran. Elle a aidé à mettre au monde certains de ces enfants mort-nés. "Je n'ai jamais rien vu d’aussi mal que ceci dans tout mon service," dit-elle tranquillement. Al-Hadidi prend des appels téléphoniques, salue les visiteurs de son bureau, nous offre du thé et des biscuits tandis que ce spectacle horrible d'images se déroule sur l'écran. J'ai demandé à voir ces photographies, pour m’assurer que les enfants mort-nés, les difformités, étaient réels. Il y a toujours un lecteur ou un téléspectateur qui marmonnera le mot " propagande".
 
Mais les photographies sont une récompense atroce, horrible pour de tels doutes. Le 7 janvier 2010 : un bébé avec peau jaune décolorée, et des bras déformés. Le 26 avril 2010 : une masse grise sur le côté de la tête du bébé. Un docteur à côté de moi parle "de la Tétralogie de Fallot", une transposition des grands vaisseaux sanguins. Le 3 mai 2010 : une créature semblable à une grenouille dans laquelle - le docteur de Fallujah qui est entré dans la pièce dit ceci - "tous les organes abdominaux essayent de sortir hors du corps."
 
C’en est trop. Ces photographies sont trop terribles, la douleur et l'émotion - pour les pauvres parents, au moins - impossibles à envisager. Elles ne peuvent simplement pas être publiées.
 
Il y a une attitude éminemment sensée des docteurs à Fallujah. Ils savent que nous connaissons cette tragédie. En effet, il n'y a rien de non découvert des difformités d'enfant de Fallujah. D'autres correspondants - incluant mon collègue Patrick Cockburn - ont visité Fallujah pour faire un rapport à ce sujet. Ce qui est si honteux est que ces difformités continuent à être non contrôlées. Un docteur de Fallujah, une obstétricienne a reçu une formation en Grande-Bretagne - elle est partie seulement il y a cinq mois - qui a acheté avec ses propres ressources pour sa clinique privée une machine de balayage pour la détection prénatale d'anomalies congénitales de £ 79,000, me donne son nom et demande pourquoi le Ministère de la Santé à Bagdad ne fait pas d'enquête officielle complète sur les bébés déformés de Fallujah
 
"J'ai dû voir le ministère," dit-elle. "Ils ont dit qu'ils auraient un comité. Je suis allée au comité. Et ils n'ont fait rien. Je ne peux pas les faire réagir." Puis, 24 heures plus tard, la même femme envoie un message à un de mes amis, un autre docteur irakien, me demandant de ne pas utiliser son nom.
 
Si le nombre des enfants mort-nés de Fallujah est un déshonneur, le personnel médical à l'Hôpital Général Fallujah prouve leur honnêteté en avertissant à plusieurs reprises du danger de conclusions trop hâtives.
 
"J'ai mis au monde ce bébé," dit l'obstétricien comme encore une image apparait sur l'écran. "Je ne pense pas que ceci a un rapport avec des armes américaines. Les parents étaient des parents proches. Les mariages tribaux impliquent ici beaucoup de familles qui sont de même sang. Mais vous devez vous souvenir, aussi, que si les femmes ont des enfants mort-nés avec des anomalies à la maison, elles ne nous rapporteront pas ceci à le bébé sera enterré sans aucun rapport nous atteignant."
 
Les photographies continuent sur l'écran. Le 19 janvier 2010 : un bébé avec des membres minuscules, mort-né. Un bébé né le 30 octobre 2010, avec une lèvre fendue et un palais fendu, toujours vivant, un trou dans le cœur, un défaut dans son visage, nécessitant un traitement d'échocardiographie. "Une lèvre et un palais fendus sont des anomalies congénitales communes," déclare tranquillement le docteur Samira Allani. "Mais c'est la fréquence accrue qui est alarmante."
 
Le Docteur Allani a écrit un papier de recherche bien documenté sur "la fréquence accrue des défauts de naissance" à Fallujah, une étude de quatre pères "avec deux origines de progéniture". Les défauts congénitaux du cœur, dit le papier, atteignent "des nombres sans précédent" en 2010.
 
Les nombres continuent à augmenter. Même tandis que nous parlons, une infirmière apporte un message au docteur Allani. Nous allons immédiatement à un incubateur à côté de la salle d'accouchement de l’hôpital. Dans l'incubateur est un petit bébé âgé d’à peine 24 jours. Zeid Mohamed est presque trop jeune pour sourire mais il est allongé endormi, sa mère l’observe à travers la vitre. Elle m’a donné sa permission pour voir son bébé. Son père est un agent de sécurité, le couple s'est marié il y a trois ans. Il n'y a aucun rapport familial de défauts de naissance. Mais Zeid a seulement quatre doigts sur chacune de ses petites mains.
 
Les fichiers informatiques du docteur Allani contiennent cent Zeid. Elle demande à un autre docteur d'appeler quelques parents. Parleront-ils à un journaliste ? "Ils veulent savoir ce qui est arrivé à leurs enfants," dit-elle. "Ils méritent une réponse." Elle a raison. Mais ni les autorités irakiennes, ni les Américains, ni les britanniques - qui ont été périphériquement impliqués dans la deuxième bataille de Fallujah et perdu quatre hommes - ni n'importe quelle ONG (organisation non gouvernementale) majeure, paraissent désireux ou capables d'aider.
 
Quand les docteurs peuvent obtenir le financement pour une enquête, ils se tournent parfois vers des organisations qui ont clairement leur propre prédétermination politique. Le papier du docteur Allani, par exemple, reconnaît le financement "de la Fondation de Kuala Lumpur pour Criminaliser la Guerre" – certainement pas un groupe cherchant à minimiser la gravité de l’usage des armes américaines à Fallujah. Ceci, aussi, je le crains, fait partie de la tragédie de Fallujah.
 
L'obstétricien qui a demandé à rester anonyme parle tristement du manque d'équipement et de formation. "Les défauts de chromosome - comme la Trisomie 21 - ne peuvent pas être corrigés avant la naissance. Mais nous pouvons traiter une infection fœtale et nous pouvons résoudre ce problème en prélevant un échantillon de sang du bébé et de la mère. Mais aucun laboratoire n'a ici cet équipement. Un transfert de sang est tout ce qu'il faut pour empêcher une telle condition. Bien sûr, il ne répondra pas à nos questions : pourquoi les fausse-couches plus nombreuses ici, pourquoi les bébés mort-nés plus nombreux, pourquoi les naissances prématurées plus nombreuses?"
 
Le Docteur Chris Busby, un professeur associé à l'Université d'Ulster qui a examiné presque 5,000 personnes à Fallujah, reconnaît qu'il est impossible d'être spécifique sur la cause de défauts de naissance aussi bien que des cancers. "Certaines expositions mutagènes majeures doivent être survenues en 2004 où les attaques ont eu lieu," a-t-il écrit il y a deux ans. Le rapport du docteur Busby, compilé avec Malak Hamdan et Entesar Ariabi, dit que la mortalité infantile à Fallujah est de 80 sur 1,000 naissances, comparée à 19 en Egypte, 17 en Jordanie et seulement 9.7 au Koweït.
 
Un autre des docteurs de Fallujah me dit que la seule aide britannique qu'ils ont reçue vient du docteur Kypros Nicolaides, le responsable de la Médecine Fœtale à l'Hôpital de King’s College. Il dirige une œuvre de bienfaisance la Fondation de Médecine Fœtale, qui a déjà formé un docteur de Fallujah. Je l'appelle. Il éclate de colère.
 
Pour moi, l'aspect criminel de tout cela - pendant la guerre - était que les gouvernements Anglais et Américains ne pouvaient pas aller à Woolworths et acheter quelques ordinateurs pour même enregistrer les morts en Irak. Donc nous avons une publication du Lancet qui estime à 600,000 le nombre de morts dans la guerre. Pourtant la puissance d'occupation n'a pas eu la décence pour avoir un ordinateur valant seulement £ 500 qui leur permettrait de dire" ce corps a été apporté aujourd'hui et ceci était son nom ".
 
Maintenant vous avez un Pays arabe qui a un nombre plus élevé de difformités ou de cancers que l'Europe et vous avez besoin d'une étude épidémiologique appropriée. Je suis sûr que les Américains ont utilisé des armes qui ont causé ces difformités. Mais maintenant vous avez Dieu seul sait quel  gouvernement en Irak et aucune étude. Il est très facile d'éviter de faire quoi que ce soit - à part pour un professeur fou compatissant comme moi qui à Londres essaye de réaliser quelque chose. "
 
Dans le bureau d’Al-Hadidi, il y a maintenant les photographies qui défient des mots. Comment pouvez-vous même commencer à décrire un bébé mort avec juste une jambe et une tête quatre fois la taille de son corps?

Article paru dans
The Independent et traduit pour La Nation par Hadj Ben
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]