ELWATAN-ALHABIB
mardi 10 janvier 2012
 

Ils ont «sauvé» l’Algérie…

Adel Herik




Il y a vingt ans, jour pour jour, notre pays basculait dans l’inconnu. En décidant de mettre un brutal coup d’arrêt au processus d’ouverture démocratique entamé avec la Constitution de février 1989, le général nezzar et ses complices tuèrent dans l’œuf les espoirs du peuple algérien de voir le système autoritaire mis en place par le colonel Boumediene définitivement remisé au placard. Pire encore, cette funeste décision allait plonger l’Algérie dans un climat d’horreur et instaurer pour plus de sept ans le règne de la terreur. La torture, les disparitions, les exécutions sommaires et les massacres à grande échelle de civils désarmés, allaient désormais être le lot quotidien d’une population prise en otage par un pouvoir militaire plus brutal que jamais. Les pratiques les plus barbares, celles que nos ancêtres avaient subies durant les plus sombres années de la colonisation, furent remises à l’honneur par une caste de généraux arrogants et incultes, unis par leur haine du petit peuple et leur passé commun de DAF.
Décrivant l’attitude des dirigeants de l’État sioniste à l’égard des Palestiniens, l’intellectuel français Régis Debray a, dans son livre, A un ami Israélien, parlé d’auto absolution, c’est-à-dire «la délivrance, au nom d’un pire toujours possible, d’un permis de tuer et de saccager». Cette manière de caractériser une classe politique aveuglée par la haine de l’Autre, diabolisé à l’extrême, et qui considère sa seule existence comme une menace permanente, s’applique parfaitement aux généraux algériens putschistes et à leurs alliés civils – les éradicateurs – dans leur politique ultra-répressive à l’égard des islamistes du FIS.
Dans leur témoignage, lors du procès de nezzar contre le lieutenant Souaïdia, en juillet 2001, à Paris, Sid-Ahmed Ghozali, Ali Haroun, Kamel Rezzag-Bara, Ahmed Djebbar, Rachid boudjedra et Leîla Aslaoui, déclarèrent tous, dans une parfaite unanimité, que nezzar avait sauvé l’Algérie de la barbarie que le FIS s’apprêtait à faire régner dans le pays. Pour ma part, bien que m’étant toujours considéré comme appartenant au camp qui s’opposait au programme du FIS, il ne m’était jamais venu à l’idée que quelqu’un pût me sauver ou sauver l’Algérie du danger que ce parti était censé représenter. Comment, en effet, nezzar ou un autre pouvait-il me sauver de mes frères et sœurs, cousins, cousines, neveux, nièces, oncles, tantes, voisins de quartier et collègues de travail, sympathisants ou militants du FIS, ou bien simples compatriotes apolitiques qui avaient fait confiance aux candidats de ce parti en leur donnant leurs voix? Comment pouvait-il me sauver de tous ceux et toutes celles avec qui j’étais quotidiennement en contact, dans ma famille, dans mon quartier ou sur mon lieu de travail? Il aurait fallu les faire disparaître. Et c’est bien ce que nezzar et ses complices tentèrent de faire, en effet : neutraliser et faire disparaître de la scène publique, d’une manière ou d’une autre, tous ceux et toutes celles qui n’acceptaient pas de renier leur engagement politique en faveur du FIS.
On dit souvent du FIS que c’est un parti religieux et que c’est sa référence à l’islam et à la chariaa islamique qui lui a permis de rallier autour de lui une bonne partie de la population, celle qui est attachée à la Tradition. Ce jugement, bien que contenant une part de vérité, ne me semble pas correspondre totalement à la réalité. Il est plus probable que c’est par leur opposition résolue et constante au pouvoir pendant de longues années que les militants du FIS ont gagné la sympathie des couches les plus défavorisées. Le FFS, dont le leader Hocine Aït-Ahmed s’est opposé à tous les pouvoirs successifs depuis 1963, a bénéficié lui aussi du même préjugé favorable. Aujourd’hui encore, le FIS et le FFS sont considérés comme les seuls vrais partis d’opposition. Et ce n’est pas un hasard si Ennahda, en Tunisie, et les Frères Musulmans et les Salafistes, en Égypte, sont arrivés en tête lors des premières élections libres de l’histoire de ces deux pays. Ce n’est pas un hasard non plus si le MSP, malgré son ancrage idéologique dans la mouvance islamiste, ne bénéficie d’aucune crédibilité. Le petit peuple qui souffre au quotidien depuis des décennies sait distinguer les vrais opposants des faux.
Après plus de sept ans d’une guerre durant laquelle l’escalade dans l’horreur ira crescendo, jusqu’aux massacres de l’été et de l’automne 1997, le système politique autoritaire mis en place par le colonel Boumediene, au nom du développement économique et de la justice sociale, se transforma en système mafieux. Depuis la cooptation de boutef par les «décideurs» et son «élection» à la Présidence de la République, en avril 1999, la façade «démocratique» de ce système s’est stabilisée autour de l’« Alliance présidentielle » (RND-FLN-MSP) et un Parlement fantoche dans lequel ces mêmes «décideurs» se permettent même le luxe de faire siéger des trotskystes. Oubliés le FIS et les élections législatives avortées de 1991. L’Algérie de boutef et toufiq – Djazaïr al 3izza wal karâma – a été «sauvée» du «péril intégriste». Hélas, ce «sauvetage», qui a coûté extrêmement cher au pays en vies humaines et en destructions de toutes sortes, a aussi enfanté la classe politique la plus médiocre et la plus corrompue de toute l’histoire de l’Algérie. Malgré une embellie financière sans précédent et un prix du baril de pétrole dépassant les 100 dollars, le pays accumule les classements déshonorants dans tous les domaines et le désespoir de la jeunesse est aujourd’hui immense. Il n’a d’égal que l’arrogance et le mépris des tenants du pouvoir à son égard. Le pays est en panne, pris en otage par une classe de prédateurs médiocres et sans scrupules.
L’option des généraux et de leurs complices civils était d’éliminer définitivement la mouvance islamiste radicale représentée par le FIS. Le retour triomphal en Tunisie du leader d’Ennahda, Rached Ghannouchi, après plus de 20 ans d’exil, et la victoire de son parti aux premières élections libre organisées dans ce pays frère, nous montrent clairement, cependant, que cette option est totalement inopérante, même sur le long terme. On peut sans risque parier qu’elle ne fonctionnera jamais. Par conséquent, notre pays a subi une immense tragédie et perdu 20 années pour rien. Le peuple algérien ne peut pas être sauvé de lui-même. Il n’y a pas d’autre solution que le retour au point de départ et la levée de toutes les restrictions sur l’expression de tous les courants politiques, y compris l’islamisme radical, à la seule condition que tous les acteurs qui interviennent dans le champ politique s’engagent à respecter les règles du jeu démocratique. Le droit à l’opposition dans le respect des règles de la démocratie est devenu aujourd’hui un droit fondamental pour tout être humain.
La question qui hante tous les pays musulmans depuis la fin des années 70, celle de l’État islamique ou de la place et du rôle de la chariaa dans la sphère publique ou encore celle du rapport entre la société, l’État, l’islam et la politique, ne peut pas être tranchée de manière autoritaire par une quelconque partie du peuple au détriment d’une autre. Si la prise du pouvoir par la violence par l’un des acteurs – mouvement insurrectionnel ou coup d’État militaire – est une option à écarter impérativement, au vu des résultats négatifs obtenus par le passé, alors la seule solution qui reste est l’élaboration graduelle d’un nouveau consensus autour des questions qui nous divisent. Cela ne se fera pas en quelques mois, ni en quelques années, ni sans douleur et conflits. Le tout est de veiller, par la mise en place de mécanismes institutionnels appropriés, à ce que ces conflits ne dépassent pas certaines limites et qu’ils s’expriment dans un cadre légal, comme c’est le cas dans toutes les démocraties modernes.
Quelques principes peuvent nous guider dans cette voie. Dans le message coranique, la foi est clairement définie comme un acte volontaire et elle n’a aucune valeur si elle se manifeste sous la contrainte de l’État, fût-il un État islamique. Tout musulman est individuellement responsable de ses choix et de ses actes devant Dieu. Il ne saurait de ce fait admettre aucune forme de tutelle. De ces deux principes découle la conséquence que l’État ne peut, par exemple, ni imposer, ni interdire le hidjab pour les femmes, ou le respect des rites islamiques ou tout autre comportement découlant de la foi en Dieu et son Prophète qui n’engage que l’individu vis-à-vis de son Créateur. D’autre part, il ne saurait être question, dans un pays où plus de 99% de la population adhère à l’islam, d’exclure la religion de la sphère publique. La solution de ce paradoxe – respect des libertés individuelles et présence active de l’islam dans la sphère publique – ne peut être trouvée que progressivement par la libre expression de toutes les idées, dans un débat entre intellectuels, ulémas et simples citoyens. Pour que cette libre confrontation entre les différentes manières de concevoir l’avenir de la chariaa et son rapport à l’État et la politique ait lieu dans la sérénité, il est indispensable que le parti politique choisi par la majorité du peuple pour gouverner le pays s’abstienne d’imposer sa conception de l’islam – que ce soit dans un sens conservateur ou progressiste – en utilisant les institutions de l’État. Il y a lieu de bien séparer les questions de gouvernance – qui sont du ressort de l’État – des questions qui relèvent de la culture dans son sens anthropologique et de la doctrine religieuse. Ces dernières ne sont pas du ressort de l’État. Elles doivent être prises en charge par la société, les intellectuels et les ulémas, les associations et les acteurs politiques, en dehors de l’État – cet aspect du problème est très important, car les moyens coercitifs de l’État ne peuvent pas être utilisés sans risque pour trancher les conflits sur ces questions. Il est également primordial que les prérogatives de toutes les institutions de l’État, qu’elles soient civiles ou militaires, soient clairement définies et limitées par la Constitution. Il est enfin de la plus haute importance que tous les acteurs œuvrent par tous les moyens légaux à la protection des droits de la personne humaine et à la promotion d’une citoyenneté pleine et entière.
C’est aujourd’hui que l’Algérie doit être sauvée. Elle doit être sauvée du terrible mal qui la ronge et la détruit depuis trop longtemps. Notre pays ne peut être sauvé de ce terrible mal que par les patriotes sincèrement attachés à leur terre – cette terre pour laquelle leurs ancêtres ont longtemps combattu des occupants arrogants et brutaux –, à leur peuple dans toute sa diversité, et à leur culture dans toute sa richesse et sa profondeur.
 
Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]





<< Accueil
"Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs." Malcom X

Archives
février 2007 / mars 2007 / avril 2007 / mai 2007 / juin 2007 / juillet 2007 / août 2007 / septembre 2007 / octobre 2007 / novembre 2007 / décembre 2007 / janvier 2008 / février 2008 / mars 2008 / avril 2008 / mai 2008 / juin 2008 / septembre 2008 / octobre 2008 / novembre 2008 / décembre 2008 / janvier 2009 / février 2009 / mars 2009 / avril 2009 / mai 2009 / juin 2009 / juillet 2009 / août 2009 / septembre 2009 / octobre 2009 / novembre 2009 / décembre 2009 / janvier 2010 / février 2010 / mars 2010 / avril 2010 / mai 2010 / juin 2010 / juillet 2010 / août 2010 / septembre 2010 / octobre 2010 / novembre 2010 / décembre 2010 / janvier 2011 / février 2011 / mars 2011 / avril 2011 / mai 2011 / juin 2011 / juillet 2011 / août 2011 / septembre 2011 / octobre 2011 / novembre 2011 / décembre 2011 / janvier 2012 / février 2012 / mars 2012 / avril 2012 / mai 2012 / juin 2012 / juillet 2012 / août 2012 / septembre 2012 / octobre 2012 / novembre 2012 / décembre 2012 / janvier 2013 / février 2013 / mars 2013 / avril 2013 / mai 2013 / juin 2013 / juillet 2013 / août 2013 / septembre 2013 / octobre 2013 / novembre 2013 / décembre 2013 / janvier 2014 / février 2014 / mars 2014 / avril 2014 / mai 2014 / juin 2014 / juillet 2014 / août 2014 / septembre 2014 / octobre 2014 / novembre 2014 / décembre 2014 / janvier 2015 / février 2015 / mars 2015 / avril 2015 / mai 2015 / juin 2015 / juillet 2015 / août 2015 / septembre 2015 / octobre 2015 / novembre 2015 / décembre 2015 / janvier 2016 / février 2016 / mars 2016 / avril 2016 / mai 2016 / juin 2016 / juillet 2016 / août 2016 / septembre 2016 / octobre 2016 / novembre 2016 / décembre 2016 / janvier 2017 / février 2017 / mars 2017 / avril 2017 / mai 2017 / juin 2017 / juillet 2017 / août 2017 /


Powered by Blogger

Abonnement
Articles [Atom]